Après d’importantes mises en place sur le début de l’année, le commerce en France marque un moindre dynamisme en cette période estivale. Cela entraîne un tassement des prix sur les marchés du Grand Ouest. À Châteaubriant, les cotations des broutards ont baissé de 25 €/tête la semaine dernière.

 

À Moulins-Engilbert aussi, les taurillons de 450-500 kg se replient pour s’établir à 3,20 €/kg vif. Les prix des bons broutards de 350-400 kg ont également fléchi et affichent entre 3,25 et 3,35 €. Dans la marchandise de choix secondaire, les transactions sont compliquées et très sélectives, en raison d’une demande espagnole en berne.

 

Dans les limousins, la préparation d’un bateau pour l’Algérie permet de tenir les prix dans les animaux de 350-400 kg. Ces derniers se valorisent encore à 3,35 € sur le marché d’Ussel, mais les tarifs sont plus discutés parmi les sujets légers.

 

En femelles, le commerce est régulier et les cours se maintiennent dans les bonnes laitonnes vaccinées pour l’exportation ou pour des mises en place régionales. Les limousines de 300-350 kg se vendent autour de 3,25 € et les charolaises partent à 3,20 €. Le placement est très calme dans les femelles de choix ordinaire, destinées à l’exportation sur l’Espagne.