Même si les besoins ne sont pas très importants, les acheteurs sont présents sur les marchés. Les tarifs se tiennent pour les bons taurillons ou des broutards lourds (350-450 kg) et préparés pour l’exportation. À Moulins-Engilbert, les bons broutards de 350-400 kg se valorisent entre 2,61 et 2,72 €/kg vif. Les transactions sont plus compliquées et très sélectives pour les animaux de second choix, peu sollicités par les acheteurs notamment à destination de l’Espagne.

 

Pas de changement sur les marchés de l’Ouest où les volumes sont restreints. Les cours des bons charolais, limousins ou blonds d’Aquitaine sont reconduits. Les croisés et les animaux de second choix sont sévèrement triés et se vendent à bas prix. Les charolais U de 250-300 kg se négocient entre 715 à 835 € à Châteaubriant.

 

En laitonnes, la demande reste soutenue permettant un bon écoulement des bonnes charolaises vaccinées pour l’exportation. Les sujets 300-350 kg sont vendus entre 2,75 à 2,90 €/kg vif sur le marché de Saint-Christophe-en-Brionnais. Le placement reste très calme pour les femelles ordinaires destinées à l’Espagne.

 

Il est à noter que certains marchés comme Moulins-Engilbert, Mauriac et Saint-Christophe-en-Brionnais seront fermés la semaine prochaine. Les foirails des Hérolles et de Bourg-en-Bresse le seront la semaine suivante.