La conduite en non-labour augmente progressivement. « Il y a un aspect économique, mais aussi un effet de mode autour de l’agriculture de conservation, explique Jérôme Labreuche. Les laboureurs traditionnels y ont moins recours et leur gestion des couverts est très différente : ils font davantage de mélanges d’espèces et sèment plus tôt. » Une enquête SSP (1) révèle qu’en...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
69%

Vous avez parcouru 69% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !