«Les distributeurs ont un grand avantage : ils sont ouverts 24 heures sur 24. En revanche, il faut qu’ils soient toujours pleins, ce qui demande du temps », prévient Christophe Grison, agriculteur dans l’Oise. Il dispose d’une quarantaine de casiers de tailles différentes : pour des œufs, des pommes de terre, des potirons, des colis pour pot-au-feu… « Préparer et peser ces lots à l’avance me demande une heure de travail le matin, le midi et parfois le soir, week-ends et jours fériés compris. Il faut, notamment, veiller à changer les salades invendues avant qu’elles flétrissent et nettoyer les casiers après chaque usage. Mieux vaut ne pas installer le bloc trop loin de l’exploitation, pour limiter les voyages ! »
Malgré le défi organisationnel, le maraîcher est satisfait du résultat : « Les ventes en casiers représentent un chiffre d’affaires complémentaire de 25 000 € par an sur mon exploitation ! »