La recherche pour trouver de nouveaux débouchés à la laine est active. François Touchaleaume, chercheur à l’université de Montpellier SupAgro et à l’association PolyBioAid, présentait les pistes explorées lors des Rencontres nationales sur la laine, qui se déroulaient à Saugues, en Haute-Loire, les 18 et 19 septembre. Parmi elles,  un « traitement écologique appliqué à la toison permettrait de broyer la laine en évitant le lavage, qui est une phase coûteuse, explique le chercheur. Cela per­mettrait l’utilisation de la poudre obtenue dans des applications industrielles. » Autre piste étudiée : l’utilisation de la laine comme isolant. Encore faut-il trouver un traitement antimites : « C’est pour cela que nous testons scientifiquement l’intérêt des remèdes de grand-mère tels que le cèdre, la lavande, le romarin ou la menthe. Le défi, c’est d’avoir une protection à long terme à des coûts minimes tout en gardant un produit qui sera biodégradable après usage. »

M.-F. M.