Une étude japonaise insolite a montré des résultats intéressants sur le développement d’une solution alternative pour polliniser les vergers. Cette technique consiste à utiliser des bulles de savon chargées de pollen. Eijiro Miyako, chercheur au Japan Advanced Institute of Science and Technology (JAIST), a d’abord testé cette technique avec un pistolet à bulles et constaté un succès de 95 %.

Abeilles trop agressives

Au Japon, la pollinisation des vergers s’effectue traditionnellement à la main car les abeilles ont tendance à se frotter sur les fleurs et à les endommager, ce qui entraîne la formation de fruits mal conformés. Cette pratique manuelle avec une brosse à plumes sphérique requiert 1 747 mg de grains de pollen au total. La technologie mise au point par les chercheurs ne nécessite, elle, que 165 mg de grains de pollen. La réussite de la pollinisation à la main est aussi de 95 %. Si l’on appuie une seule fois sur la détente du pistolet à bulles, le jet contient seulement 3,2 mg de grains de pollen. Une pollinisation réalisée avec deux ou trois bulles de savon ne consomme donc que 0,06 mg de pollen.

Un drone du commerce

Afin d’augmenter le rendement de la pollinisation par bulles, Eijiro Miyako a embarqué une machine à bulles sur un drone. Son choix s’est porté sur un modèle du commerce, autonome et contrôlé par un GPS qui utilise Google Maps. L’expérimentation a été menée sur des fleurs de lys. Le drone survole les fleurs à deux mètres de hauteur et les couvre de bulles grâce à la machine dont il est équipé, à raison de 5 000 bulles lancées par minute. Le taux de succès maximum a été de seulement 90 %.

Pour le chercheur, cette technique nécessite d’être perfectionnée car de nombreuses bulles ont raté les cibles. Il souhaite tester la technique avec un drone capable d’identifier ses cibles grâce à l’intelligence artificielle. Le jeune chercheur envisage aussi d’essayer de fixer le bulleur sur d’autres robots, par exemple des versions terrestres ou suspendues, comme le robot Tarzan. Ce dernier perturberait moins la chute des bulles que le déplacement d’air provoqué par les pales du drone.

Corinne Le Gall

L’utilisation des bulles pour déposer le pollen sur le pistil est efficace à 95 %. © Eijiro Miyako
Le drone bulleur a été testé sur des fleurs © Eijiro Miyako