« Il ne faut pas laisser le chardon grainer, car son développement peut être très rapide dès lors qu’il existe des zones de terre nue dans la parcelle », alerte Géraldine Dupic, conseillère à la chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme. La plante doit être broyée au stade bourgeon, avant la maturation de la graine. Dans le département, les éleveurs qui ne l’ont pas encore fait ont intérêt à broyer immédiatement, car le pic de chaleur actuel accélère le cycle de la plante, y compris en altitude. S’il est déjà trop tard, mieux vaut faucher et laisser sur place, car broyer les chardons une fois fleuris contribuera à la dissémination des graines. L’apparition de la plante est surtout liée aux pratiques. Il est donc préférable de les modifier, plutôt qu’appliquer des traitements phyto peu efficaces. « En préventif, il faut avoir un couvert végétal dense, sans trous, qui ne laisse pas la place au chardon - ni au rumex - de s’implanter », ajoute la conseillère. E.C.