Jean-Yves Corbel, à la tête de 240 truies à Plomeur, dans le Finistère, en avait assez d’enjamber les barrières. Pour libérer les porcelets après la pesée, il a installé une cordelette qui lui permet d’actionner la poignée de porte située à l’opposé dans le couloir. « Ainsi, je suis bien placé pour pousser les animaux et les ramener dans leur case », précise-t-il. La bascule est installée entre les deux salles de post-sevrage, mais lui-même n’est pas toujours placé du bon côté. Avant le passage du camion du groupement Triskalia, les cochons sont pesés à de nombreuses reprises. Le contrôle des performances est incontournable pour l’exploitant, tout comme l’efficacité au travail (1).

M.-F. M.

(1) Lire La FA n° 3711 du 8 septembre 2017, p. 34.