Les pouvoirs publics ont décidé d’intensifier la lutte contre les importations illégales et les contrefaçons de phytos. « L’importation et l’emploi de produits phytopharmaceutiques non réglementaires ainsi que de produits chimiques non identifiés sont un phénomène qui s’amplifie depuis le début des années 2000 », rappelle le ministère de l’Agriculture. Certes, les phytos acceptés dans d’autres États membres peuvent être introduits sur le territoire pour être utilisés. Toutefois, comme de nombreux principes actifs sont contrefaits, il faut s’assurer que le distributeur est agréé, et vérifier que le phyto acheté est bien admis en France. À ce titre, l’Anses (1) met à la disposition du public la liste des permis de commerce parallèle délivrés, qui vaut liste de produits dont l’usage est autorisé.

Céline Fricotté

(1) Agence nationale de sécurité sanitaire.