À Saint-Saturnin-du-Bois, en Charente-Maritime, Delphine Chamard a déjà commencé à affourager ses limousines au pâturage. « Nous n’avons quasiment pas eu de pluie au mois de mars et seulement 4 mm au mois d’avril », déplore l’éleveuse. Résultat : la pousse est à la peine. Les plantes souffrent à la fois du manque d’eau et du gel. Certaines sont déjà desséchées comme au début de l’été. Les premières fauches pour la constitution des stocks n’ont pas pu se dérouler comme d’habitude. 5 ha seulement ont pu être récoltés, contre une dizaine habituellement. Delphine aimerait que les autorités autorisent la fauche des jachères avant que leur qualité baisse, et elle demande aux céréaliers de ne pas broyer leur paille, afin qu’elle puisse servir aux éleveurs.

R. d’Hardivilliers

Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

La demande de fin de mois se replie

Bien que le week-end prolongé de l’Ascension soit une période favorable à la consommation, le commerce pâtit d’un repli de la demande sur cette fin de mois. Les ménages, qui voient leur pouvoir d’achat impacté par l’inflation, se reportent davantage sur des produits bon marché comme le steak haché. Cela conduit à un rétrécissement annoncé des fourchettes de prix entre les réformes laitières et les races à viande d’entrée de gamme.