« Nos 70 montbéliardes sont sorties au pâturage le 21 avril, soit presque un mois plus tard qu’en 2017, année très précoce. Nous avions prévu suffisamment de stocks. Je suis de près la pousse de l’herbe, depuis que la ferme a servi de référence pendant deux ans pour le bulletin Info’prairies de la chambre d’agriculture. Tous les lundis, j’évalue mes stocks sur pieds pour savoir combien de jours de pâturage d’avance il me reste. À partir du 10 mai, je pense débrayer des surfaces pour les faucher trois semaines plus tard, car nous aurons plus de 15 jours de pâturage d’avance. Je surveille aussi les prévisions météo à 10 jours pour déclencher les fauches. Les premières sont à part dans le séchoir en grange. Une dizaine d’hectares devrait être récoltée vers le 20 mai (à 550 °C). Avec 1 UF et 16 % de MAT, ce fourrage est primordial pour la ration. »

(*) L’exploitation compte 106 ha de prairies permanentes, dont 60 ha sont mécanisables. La totalité de la production des 70 vaches est transformée en saint-nectaire (voir La France agricole du 16 février 2018, p. 46).