«La situation dans certains secteurs du Cantal est catastrophique à cause de la pullulation des rats taupiers, appelés aussi campagnols terrestres, constate Pierre Lestrade, de la chambre d’agriculture du Cantal et de la FDGDon (1). Quelques parcelles sont entièrement dévastées. Les éleveurs concernés ne pourront pas compter sur la moindre production d’herbe ce printemps. »

L’inquiétude est donc grande, alors que les granges sont quasiment vides. Les sécheresses récurrentes ont éprouvé les stocks fourragers. « Pendant la canicule de l’été dernier, l’activité des campagnols était moins visible en surface », ajoute le technicien. Dès les pluies d’automne, la forte présence de tumuli dans les pâtures ont montré que les rongeurs étaient bien là, toujours actifs.

La situation reste très hétérogène dans le département et au sein d’une même commune. « Dans les secteurs faiblement à moyennement infestés, des interventions sont encore possibles, explique Pierre Lestrade. Le traitement avec du blé enrobé de phosphure de zinc (Ratron GW) est efficace. Nous avons effectué des tests pendant l’été 2020 sur des populations de rats taupiers “en démarrage”, avec des foyers isolés. Nous avons obtenu de bons résultats. Entre 80 et 90 % des rongeurs avaient disparu quelques jours après le traitement. »

Utilisation de la charrue

À la suite d’une forte mobilisation, la profession agricole du Massif central vient d’obtenir une dérogation temporaire de 120 jours pour l’utilisation du Ratron GW à l’aide d’une charrue-taupe à soc creux, qui permet de créer une galerie artificielle et d’y déposer l’appât. L’autorisation débute, dans un premier temps, du 1er au 30 avril 2021, à la dose maximale de 2 kg/ha/an, uniquement dans le cadre de la lutte collective contre les campagnols. La mise en place à l’aide d’une charrue facilite le travail pour les éleveurs qui ont de vastes espaces infestés à traiter. L’emploi d’une canne pour appliquer le produit reste possible toute l’année, mais celle-ci est beaucoup plus fastidieuse et chronophage.

Marie-France Malterre

(1) Fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles.