Active dès le retour des beaux jours, la bruche de la féverole est susceptible d’affecter la qualité des grains en pondant dans les gousses. La période de risque s’étend du stade floraison à la fin du stade limite d’avortement (les dernières gousses mesurent alors 1 cm d’épaisseur).

« Aujourd’hui, une seule application insecticide est possible pendant la phase de risque (floraison) avec de la lambda-cyhalothrine », indique Terres Inovia. L’institut conseille de déclencher le traitement en cas de présence de l’insecte dans la culture si les températures maximales journalières sont supérieures à 20 °C pendant deux jours consécutifs. La lutte vise les adultes avant la ponte sur les gousses.

Attention à ne pas confondre l’insecte avec la bruche du pois, qui est également observée sur la féverole.