« Un pâturage hivernal est un bon moyen de limiter la proportion des pissenlits dans une prairie », déclarait Hervé Feugère, de la chambre d’agriculture de la Creuse (1). Avant de retourner ou ressemer une prairie, deux opérations qui coûtent cher, mieux vaut réaliser un diagnostic. Il nécessite un cadre carré de 50 cm de côté que l’on pose à divers endroits de la prairie. Le dénombrement des espèces et l’importance des vides déterminent les options de rénovation possibles. « L’abondance de pissenlits peut être gênante pour les autres espèces, ajoute-t-il. Un pâturage avec des équins, des bovins ou des ovins, si la portance fait défaut en hiver, réduit l’importance de la plante. »

M.-F.M.

(1) Le 1er octobre, lors de la journée de l’UMT SeSam sur la ferme expérimentale de Chamberet (Corrèze).

.