Les parcelles de féveroles doivent faire l’objet d’une surveillance attentive vis-à-vis de la rouille, en particulier en cas de temps sec et chaud, avec de l’humidité la nuit.

La maladie se manifeste sur les feuilles sous forme de pustules de couleur brun rouge auréolées d’une partie plus claire qui finissent par recouvrir la totalité du feuillage, et parfois des tiges, provoquant un dessèchement accéléré des plantes.

« La rouille sur féverole est, après le botrytis, la maladie la plus fréquente et la plus préjudiciable à la culture, avec une diminution de rendement pouvant aller jusqu’à 50 % du potentiel », complète Terres Inovia. Il est donc primordial d’observer la culture dès à présent et, ce, jusqu’au début de la maturité physiologique afin de détecter les premiers symptômes. La protection peut débuter dès l’apparition des premières pustules jusqu’à mi-juillet avec notamment des produits à base de triazole ou d’azoxystrobine.