« Des études sont conduites (1) pour améliorer l’efficacité économique et environnementale des élevages ovins. Des lignées d’animaux « économes » ou « gaspilleurs » en concentrés ont déjà été identifiées. Pour une même croissance, les « économes » consomment moins d’aliments. Des béliers romanes ou lacaunes disposent d’ores et déjà de ce nouvel index (complémentaire à celui de la vitesse de croissance). L’héritabilité (h2) pour ce nouveau caractère a été évaluée à 0,30. Les recherches se poursuivent pour identifier les animaux qui valorisent le mieux les fourrages. Pour l’instant, nous nous attachons à la mise au point des outils. Nous élaborons un prototype de distributeur automatique de fourrage fiable. Nous venons également de nous équiper d’un appareil pour mesurer les émissions de méthane. Le but sera de déterminer les liens entre l’efficacité alimentaire et l’émission de gaz à effet de serre. »

(1) À l’Inra de Bourges.