La gestion du pâturage ne s’improvise pas. Chaque année, les lots d’animaux évoluent. Mieux vaut donc prévoir un planning précis dès maintenant en fonction du potentiel de ses prairies. En anticipant la saison de pâturage, on s’assure que l’on pourra couvrir les besoins des animaux au pâturage, tout en récoltant les stocks de qualité pour l’hiver. Les ajustements en cours de pâturage seront d’autant plus faciles à gérer. Plus la prévision est précise au départ, et plus les aléas seront « faciles à appréhender. »

Mieux vaut aussi prévoir de lâcher les animaux tôt, dès que les sommes de températures atteignent 300 °C (1). Ce repère peut être nuancé en fonction des conditions de l’année : développement des prairies, portance, état des stocks… Il est parfois pertinent de lâcher les animaux plus tôt sur les prairies où l’herbe n’a pas été assez exploitée à l’automne précédent ou sur des espèces à pousse précoce. »

(1) Base 0 au 1er février.