Post-moisson, quel travail du sol mettre en œuvre ?

La priorité est à donner aux parcelles sales où l’on distingue deux cas de figure. Quand les adventices sont encore développées, l’objectif du premier passage est de les détruire et ainsi d’éviter leur montée à graines. Les outils à dents équipés de « pattes d’oie » ou ailettes font alors du bon travail.

En revanche, si le but est de faire lever un maximum de graines de graminées (bromes, ray-grass), alors il est préférable d’opter pour des outils qui façonnent un lit de semences superficiel (4 cm maximum). Dans ce cas, un roulage complète le travail afin d’assurer le contact sol-graines et de conserver l’humidité résiduelle.

Que faire quand l’agriculteur envisage de semer un couvert en interculture courte ?

Cette année, nous avons une moisson précoce. Cela laisse le temps après un premier déchaumage de détruire les premières levées lors d’un second qui servira également à implanter le couvert avec des graines peu exigeantes vis-à-vis de la qualité de mise en terre (crucifères).

Pour les graines plus délicates de type féverole, il est bien plus préférable d’opter pour un semis classique.

En zones tardives, le semis direct est une option intéressante.