« Les cordons de déterrage sont une source d’inoculum primaire pour les prochaines betteraves de l’assolement, que ce soit pour la cercosporiose, les rhizoctones ou la teigne », informe l’ITB. Ils doivent rester dans la même parcelle, en prenant le soin de les épandre sur une surface la plus importante possible.

Si l’épandage n’est pas possible juste après le passage du déterreur ou de l’avaleur, il est recommandé de regrouper cette terre et la matière organique en andain et de le placer en bordure. Le bâcher permettra d’éviter la dissémination des spores. Au printemps, remuer cet andain permettra, notamment, la destruction des repousses d’adventices et des betteraves montées.

Pour 2019, dans les secteurs touchés par la cercosporiose, le choix d’une variété tolérante est conseillé, en particulier près des cordons ou plateformes de stockage et dans les parcelles contiguës à une parcelle en betteraves en 2018.