Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Bientôt un index « méthane » pour les vaches laitières ?

réservé aux abonnés

 - -->
Le GreenFeed permet d’analyser l’air expiré par les vaches laitières pendant les repas. © Raphaël Bore/Idele

Le projet franco-belge Méthabreed, lancé en 2019, vise à prédire les rejets de méthane des vaches à partir d’analyses du lait. Une opportunité à saisir pour le monde de la sélection.

L’histoire commence en 2008, avec le projet Méthamilk. Les chercheurs du centre wallon de recherches agronomiques (CRA-W) et de l’université de Liège se lancent dans l’élaboration d’une équation de prédiction des émissions de méthane entérique (CH4) des vaches à partir des spectres MIR du lait (1), édités en routine lors du contrôle laitier. Les émissions réelles sont mesurées à l’aide d’un gaz traceur (SF6) ou en chambre respiratoire. Six ans après, la corrélation entre les émissions de CH4 et la composition du lait est prouvée. L’équation de prédiction est alors construite à partir de plus de 1 000 données récoltées sur 300 vaches, essentiellement des prim’holsteins.

« L’étape suivante consistait à améliorer la robustesse de l’équation, indique Frédéric Dehareng, du CRA-W. Une bonne variabilité des données est indispensable. Les spectres et émissions réelles collectés doivent couvrir un maximum de races, de systèmes d’élevage. »

Pour acquérir davantage de valeurs des émissions réelles de CH4 des laitières, d’autres méthodes ont été envisagées. La technologie du GreenFeed a été adoptée. « Il s’agit d’un Dac amélioré, analysant l’air expiré par les vaches pendant les repas, explique Raphaël Boré, de l’Institut de l’élevage (Idele). L’appareil extrapole la quantité de CH4 émise chaque jour à partir de visites ponctuelles. »

Réduire les émissions

Ces nouvelles données sont récoltées dans le cadre du projet Méthabreed. « Côté français, nous avons des résultats historiques sur les prim’holsteins et les normandes, et nous sommes en train de finaliser l’acquisition de nouvelles données sur une centaine de montbéliardes », précise l’expert de l’Idele. Une nouvelle équation est attendue en 2021. « D’autres suivront peut-être, avec l’enrichissement de la base de données, note Amélie Vanlierde, du CRA-W. Rien ne dit qu’on aboutira à une équation tout terrain, il pourra y avoir des variantes suivant les races par exemple. »

Une fois l’équation finalisée, et éprouvée, elle sera à même d’être appliquée à des millions de spectres MIR. « Nous pourrons faire le lien entre le phénotype (les émissions de CH4 prédites), les facteurs environnementaux et le génotype de milliers de vaches laitières », avance Didier Boichard, de l’Inrae. Il sera possible d’estimer l’héritabilité du caractère, et de construire un index génomique. « Il ne faudra pas plus de deux à trois ans pour déployer le nouvel index, une fois le phénotypage de masse lancé. »

Une question reste toutefois en suspens. Quel poids donner à ce nouvel index ? « Tout dépendra de la valorisation que pourra en tirer l’éleveur, et de la réglementation environnementale, relève le spécialiste. Mais si le poids de sélection est suffisant, on peut espérer une baisse des émissions de CH4 de l’ordre de 7 % en cinq ans dans les élevages laitiers. »

Alexandra Courty

(1) Technique basée sur le principe d’absorption des rayons infrarouges par les composants du lait.

Blocage en allaitant

Si la corrélation entre les émissions de CH4 et les spectres MIR du lait ouvre la porte au phénotypage de milliers de vaches laitières, la donne est différente pour les bovins allaitants. « Nous n’avons pas encore de solution miracle, mais nous y travaillons, rassure Laurent Schibler, d’Allice. Il faudra trouver d’autres biomarqueurs », à partir d’analyses de sang, de salive ou de fèces. En revanche, l’exercice est reproductible sur les petits ruminants laitiers.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !