Chez Jean-Christophe Grandin et Sébastien Merlin, au Nouvion-en-Thiérache, dans l’Aisne, le troupeau de 210 prim’holsteins est conduit en deux lots, de 150 et 60 vaches (1), en fonction des dates de vêlage. Les animaux sont séparés dans la stabulation en hiver et conduits au pâturage sur des paddocks distincts.

« Pour différencier les deux lots, nous avons équipé le groupe le plus important de colliers de marquage, expliquent les éleveurs. Ils coûtent environ trois euros l’unité. Si les vaches cassent une barrière ou une clôture et se mélangent, nous pouvons les trier de manière efficace. » Jean-Christophe et Sébastien profitent de la période hivernale en bâtiment pour poser les colliers, en bloquant les animaux au cornadis.

Vincent Guyot

(1) Lire La France agricole n°3746 du 04/05/18, p.28.