Des études pour mieux cerner la valeur énergétique de l’ensilage de maïs ont eu lieu sur les fermes expérimentales Arvalis des Trinottières et de la Jaillère. Les deux sites avaient montré qu’après six mois de conservation, l’éclatement du grain et la longueur de coupe n’avaient pas d’impact sur les performances laitières. « Des essais (in-sacco) se poursuivent cet automne pour étudier la dégradabilité ruminale de l’amidon du maïs fourrage, indique Anthony Uijttewaal, chez Arvalis. L’objectif est d’analyser l’effet du niveau d’éclatement, mesuré par une méthode de laboratoire, Corn Silage Processing Score (CSPS). Le but est aussi d’améliorer la prédiction de la valeur alimentaire, via le CSPS, en tenant compte de l’interaction avec le stade de la récolte et la durée de la conservation.

M.-F. M.