Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Un revenu lissé par un assolement diversifié

réservé aux abonnés

 - -->
Tabac. Cette année, la culture est un peu en avance et la récolte a démarré début juillet. Elle commence classiquement mi-juillet et dure un peu plus de deux mois. © Photos : H. Parisot

Tabac, safran, lin : en complément des grandes cultures classiques, l’EARL De Smet a fait le choix de cultures plus spécialisées, à haute valeur ajoutée.

Lorsqu’il s’est installé, en 2013, sur l’exploitation de ses parents, Samuel De Smet a souhaité créer un nouvel atelier de culture et s’est tourné vers la production de safran. Cette épice lui a permis d’apporter de la valeur ajoutée à son exploitation sans pour autant nécessiter de surface supplémentaire. Cette culture est venue diversifier un assolement déjà atypique pour la région : en plus des grandes cultures (colza, blé, orge), les parents de Samuel De Smet se sont lancés dans le tabac pour compenser la fermeture de leur atelier porcin. Du lin est également historiquement cultivé sur l’exploitation.

« Le gros avantage de produire à la fois des grandes cultures et des cultures plus spécialisées, c’est le lissage du revenu, explique Samuel De Smet. Globalement le résultat est invariable suivant les années. » La diversité des productions végétales permet en effet à l’EARL de gérer les risques liés à chacune d’entre elles, qu’ils soient d’ordre climatique ou liés aux fluctuations des marchés. Ce fut le cas en 2016, par exemple, année où les récoltes en grandes cultures ont été particulièrement touchées par une météo capricieuse. « Contrairement à un bon nombre d’agriculteurs, nous avons fini l’année dans le vert », se souvient-il. Elle fut atypique, mais pas catastrophique économiquement. « 2016 fut une très bonne année pour le tabac, et s’avéra correcte pour le lin et l’atelier de multiplication de semences. L’atelier safran a commencé également à être intéressant », explique l’exploitant.

Apports réguliers de trésorerie

Autre avantage : les différentes cultures ont chacune leurs spécificités de commercialisation, ce qui permet des entrées d’argent régulières. Par exemple, le tabac bénéficie d’une avance de trésorerie de la part de la coopérative : en décembre, 75 à 80 % du prix est déjà payé, alors que la vente du tabac par la coopérative n’a pas encore démarré. En revanche pour le lin, c’est le contraire : le solde de la récolte 2017 sera reçu en septembre 2018. Alors que certains agriculteurs se voient dans l’obligation de vendre leurs récoltes de céréales pour payer leurs charges, l’EARL De Smet peut se permettre d’attendre un peu pour vendre, malgré des dépenses élevées (main-d’œuvre, gaz pour le séchage du tabac…). En plus d’une trésorerie en bonne santé, l’exploitation dispose en effet d’une capacité de stockage qui lui permet de stocker tout son blé.

Des charges de travail importantes

La multiplication des productions n’est cependant pas de tout repos. Le tabac et le safran sont des cultures particulièrement gourmandes en main-d’œuvre. À titre de comparaison, un hectare de tabac demande 300 à 350 heures de travail du semis à l’expédition, contre 10 à 15 pour le blé. Pour le safran, cela monte à 600 heures, hors conditionnement. La charge est d’autant plus importante que les récoltes (en été pour le tabac, en octobre pour le safran), qui représentent des pics de travail, se chevauchent avec la moisson et les semis. « Mais on y arrive », sourit Samuel De Smet. La gestion des saisonniers réclame également de l’organisation et de la réactivité pour que les récoltes commencent au bon moment. Sur l’année, l’emploi de saisonniers représente un peu plus d’un UTH.

Activité commerciale

« Pour le safran, ce n’est pas la partie production qui est la plus compliquée », souligne Samuel De Smet. Pour cette culture, il n’y a pas de filière organisée, contrairement aux autres plantations. L’EARL maîtrise tout : production, transformation, vente. « Le gros avantage, c’est que l’ensemble de la marge nous revient. Mais la commercialisation demande beaucoup de travail ». Démarchage commercial auprès de restaurateurs et boulangers, salons, marchés, fête du safran sur l’exploitation… L’EARL multiplie les démarches pour assurer un débouché à la production. Des activités certes chronophages, mais nécessaires à la bonne réalisation des ventes. « On peut facilement se focaliser sur le prix au gramme ou au kilo du safran, mais s’il n’est pas vendu, il ne vaut rien ! » L’agriculteur se souvient que les deux ou trois premières années ont été assez difficiles. L’atelier a désormais trouvé son rythme de croisière. Le travail ne manque pas, mais les 145 ha de l’EARL font vivre deux foyers.

Hélène Parisot
Le contexte

L’EARL De Smet, située à Broué (Eure-et-Loir), est une exploitation céréalière.

UTH : elle compte 3 associés (Samuel De Smet et ses parents : Joël et Marie-Odile De Smet), et emploie un mi-temps et des saisonniers.

La SAU est de 145 ha, dont 77 ha de blé, 15 ha d’orge, 15 ha de colza, 15 ha de lin textile, 10 ha de pois, 7 ha de tabac, 5 ha en multiplication de semences et 1 ha de safran.

©
Aléas.Les rendements du lin textile peuvent être très hétérogènes , mais la culture reste intéressante, raisonnée sur 3 à 4 ans.
©
Le safran français, un produit onéreux mais de qualité

À l’achat pour un particulier, le safran français est au prix d’environ 30 €/g. Le coût de la main-d’œuvre représente la majorité du coût de l’épice : sur une période d’un mois avec un pic de quinze jours, il faut récolter les fleurs de crocus chaque matin, les émonder (séparer les pistils), et enfin les sécher. La différence du coût de la main-d’œuvre par rapport aux autres pays producteurs, notamment l’Iran, explique l’éventail des prix de l’épice sur le commerce. Pour Samuel De Smet, le safran produit en France est de meilleure qualité organoleptique, en partie grâce à sa fraîcheur. « La production française peut coûter 2 à 3 fois plus cher, mais les restaurateurs ont besoin d’en mettre 2 à 3 fois moins dans leurs plats », explique-t-il. 1 g parfume 80 à 100 assiettes.

Le récap
Les points positifs
  • Sécurisation du revenu et lissage de la trésorerie

  • Indépendance face aux marchés mondiaux

Les points négatifs
  • Charge de travail lorsque les cycles culturaux se chevauchent

  • Cultures gourmandes en main-d’œuvre

  • Aspect chronophage du démarchage pour la vente du safran

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !