Au Haras du Vivier, à Houesville, au nord des marais de Carentan, la présence d’un troupeau bovin passerait presque inaperçue. Il faut l’aide d’Étienne Lecuyer, éleveur et propriétaire des lieux, pour débusquer la stabulation. Elle accueille en hiver une partie des élèves. L’élevage s’inscrit dans un système naisseur engraisseur 100 % herbager et quasiment en plein air intégral...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
12%

Vous avez parcouru 12% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

La consommation estivale est atone

Avec les épisodes de fortes chaleurs, les éleveurs, qui tentent de limiter les achats de fourrages, commencent à vendre des animaux en manque de finition. Ces volumes supplémentaires ne font qu’accroître la pression sur le marché à une période de l’année où la demande est ciblée et surtout limitée.