À1 200 mètres d’altitude, avec un système fourrager basé sur l’herbe, les deux associés du Gaec de Chantegrenouille à Saint-Laurent-de-Muret, en Lozère, restent avant tout des naisseurs. Mais ils n’hésitent pas à acheter de l’aliment complet pour engraisser une partie de leurs femelles, afin de mieux les valoriser. « Nous accouplons les deux tiers de nos aubracs avec des taureaux charolais. Nous...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
12%

Vous avez parcouru 12% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Le couvre-feu pénalise les pièces nobles

En semaine 42 [du 12 au 18 octobre], 63 500 animaux ont été abattus, un bon niveau favorisé par la descente des estives dans les régions montagneuses. Les restrictions sanitaires contraignent les industriels à se mettre en permanence au diapason. Le couvre-feu conduit à la fermeture de certains restaurants et prive ainsi le marché d’un débouché indispensable pour écouler certaines pièces bouchères. De nouveaux déséquilibres matière sont constatés, avec un accroissement des stocks d’aloyaux.