Au Gaec Baumier, dans la Nièvre, le passage à l’agriculture biologique remonte à 2002, à une époque où peu d’éleveurs franchissaient le pas. « Nous avions le sentiment d’être au bout d’un système qui ne nous rémunérait plus correctement », se souviennent Caroline et Didier Baumier, installés avec leur fils Thomas.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
13%

Vous avez parcouru 13% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Veaux

La vague de chaleur complique les échanges

Alors que les intégrateurs tendent à réduire leur demande pour les mises en place de février, l’activité est fortement impactée par la canicule. Le marché de Lezay a ouvert ses portes très tôt ce matin (3 h 30) afin que les veaux arrivent dans les ateliers d’engraissement avant les pics de chaleur.