Dans son plan de filière rendu en décembre 2017, le Gnis demande à l’Inao (1) que soient rendues publiques les données concernant les quantités exactes accordées en dérogation. « Cela nous permettrait de suivre les besoins réels et d’ajuster les programmes de production », déclare François Burgaud, du Gnis. L’objectif : arriver plus rapidement vers la fin des dérogations.

(1) Institut national de l’origine et de la qualité.