Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les agriculteurs attendent le paiement d’aides agroenvironnementales

réservé aux abonnés

 - -->
Neil Parish, président du Comité de l’environnement et des affaires rurales, a confirmé que l’environnementserait au cœur de la prochaine loi agricole. © John Keeble/Getty Images

Pour 2017, 32 % des bénéficiaires d’aides agroenvironnementales sont en attente de paiement.Le retard s’est accentué après la mise à jour de la cartographie des exploitations.

Climat exceptionnel en 2018, incertitude après l’échec du Brexit… Les raisons pour les agriculteurs britanniques d’être dans la tourmente sont multiples. La colère monte d’autant plus que beaucoup attendent le versement d’aides liées à des programmes agroenvironnementaux. Après un hiver difficile et un été très sec et prolongé, des problèmes de trésorerie se ressentent et plus de 8 000 d’entre eux attendent toujours de recevoir le paiement intégral de leurs programmes 2017, soit 32 % des bénéficiaires.

Mise à jour des données

Ces délais sont dus au désordre qu’a entraîné la mise à jour des données de cartographie numérique des exploitations par l’agence de paiement (RPA) au second semestre 2017, ainsi qu’à une réorganisation interne dans les agences. Pour y pallier, le département chargé de l’agriculture (Defra) a annoncé, en septembre dernier, qu’un acompte égal à 75 % des sommes dues serait versé à tous les agriculteurs en attente de leurs paiements pour 2016 et 2017. « Je n’ai reçu aucun acompte au titre des aides pour 2017 et aucune explication ne nous est donnée », constate Vughan Hodgson, agriculteur dans le comté de Cumbria, au nord-ouest de l’Angleterre.

John Pawsey, agriculteur dans le comté de Suffolk, a accusé un retard de plus de six mois. Il a finalement été payé, après des heures passées au téléphone. « Ces paiements sont une partie très importante de notre trésorerie. Nous investissons beaucoup d’argent et d’efforts pour ne pas être payé à temps. C’est très frustrant. »

Selon lui, le département de l’Agriculture doit sérieusement améliorer ses procédures pour éviter le chaos après le Brexit, qui verra sans doute des milliers d’agriculteurs de plus entrer dans des projets écologiques. « Nous renforçons les effectifs pour accélérer les paiements », affirme pourtant un membre de Defra. Ces retards interviennent alors que le futur Agriculture Bill, projet de loi agricole, est en pleine discussion.

Le président du Comité national sur l’environnement, l’alimentation et les affaires rurales, Neil Parish, a confirmé, le 1er novembre dernier, à Peterborough, que le gouvernement souhaitait davantage récompenser les agriculteurs s’inscrivant dans une démarche respectueuse de l’environnement. La longueur des délais de paiement ne risque pas de s’atténuer.

Bertille Quantinet
Incertitudes sur le Brexit

En 2017, l’Union européenne a versé 3,1 milliards d’euros d’aides agricoles au Royaume-Uni, qui est le deuxième contributeur au budget européen.

Qu’en sera-t-il demain ?

Les parlementaires britanniques devaient se prononcer sur le traité du Brexit le 11 décembre. Face à la défiance de son propre parti, Thérésa May a décidé de renégocier le texte, avant de le soumettre au vote.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !