Pour la CEPM (Confédération européenne des producteurs de maïs), l’azote de plus en plus cher et difficile d’accès est une « vive préoccupation », malgré des rendements « au rendez-vous » et des « pers­pectives positives » en termes de marchés.

droits antidumping

Le syndicat a ainsi demandé, le 14 octobre, à la Commission européenne « de suspendre les droits antidumping qui frappent depuis 2019 les importations de solution azotée pour favoriser l’approvisionnement du marché européen et limiter les charges de production qui pèseront sur les agriculteurs pour la prochaine campagne. »

La CEPM alerte, par ailleurs, sur le fait que les tensions sur le prix du gaz impactent aussi les « agriculteurs qui auront besoin de sécher leurs récoltes ». Le syndicat met toutefois en avant les atouts du maïs comme source d’énergies renouvelables, sous forme de gaz avec la méthanisation et de carburant avec le bioéthanol.

Isabelle Escoffier