Produits de placement complexes, règles et fiscalités trop différentes… Les raisons invoquées par le gouvernement pour relancer l’épargne retraite sont variées. Prévue par la loi Pacte du 22 mai 2019, la mise en place de sa réforme se fera progressivement. Première étape : la commercialisation de nouveaux produits de placement dès le 1er octobre 2019.

Rente ou capital

Afin de garantir plus de liberté aux épargnants, ces derniers auront la possibilité, à l’avenir, de choisir de toucher leur épargne sous la forme d’une rente ou d’un capital. Certains produits de placements, tels que le Madelin agricole, ne permettent pas un tel choix à l’heure actuelle. Les sommes placées sur un compte épargne retraite pourront ensuite être débloquées pour l’achat de la résidence principale de l’épargnant, peu importe le produit de placement choisi. Les cas de déblocage sont actuellement stricts et se cantonnent, la plupart du temps, au départ en retraite ou lorsque des accidents de la vie surviennent.

Le gouvernement prévoit aussi le transfert, à moindre coût, de l’épargne accumulée d’un produit de placement à un autre.

Sur le plan fiscal, les sommes placées sur un support retraite seront toutes déductibles de l’assiette de l’impôt, dans la limite des plafonds existants. Enfin, le gouvernement invite les épargnants à se détourner de leur placement préféré : l’assurance-vie. Le rachat d’un tel contrat de plus de huit ans fera l’objet d’un abattement fiscal doublé par rapport aux règles en vigueur. Il faudra pour cela que les sommes soient réinvesties dans un plan épargne retraite et que le rachat soit réalisé au moins cinq ans avant le départ en retraite.

Bertille Quantinet