« C’est une tragédie et un défi pour nos deux pays, dont l’histoire est étroitement liée. » L’issue du Brexit inquiète Simon Coveney, vice-Premier ministre irlandais, qui a fait part de ses craintes à la presse française le 15 mars. Le premier partenaire commercial de l’Irlande est, de loin, le Royaume-Uni. L’idée d’un Brexit sans accord, dont le scénario est de plus en plus probable et qui instaurerait à nouveau des tarifs douaniers aux frontières britanniques, fait pâlir les agriculteurs irlandais.

Selon le syndicat agricole Irish farmers’association, la perte pour la filière bovine s’élèverait à 800 millions d’euros par an.

Le 11 mars, la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, et son homologue irlandais ont affirmé leur volonté de voir l’UE rester ferme sur l’accord de retrait du Royaume-Uni : « La circulation des marchandises et le respect mutuel de normes et des réglementations élevées doivent être maintenus. »

B. Quantinet