Accaparement de terres en Afrique ou prix trop élevés en Nouvelle-Zélande : les causes diffèrent, mais le problème demeure le même. « L’accès au foncier est le principal obstacle à l’installation dans tous les pays du monde », rappelle Sophie Ackoff, membre de la National Young Farmers Coalition, aux États-Unis, à l’occasion d’un colloque international des jeunes agriculteurs, à Paris.

Or, dans de nombreux pays développés, une génération d’agriculteurs s’apprête à partir à la retraite. Et si les jeunes sont incapables d’acquérir leurs terrains, ceux-ci reviendront à des investisseurs internationaux qui montrent un intérêt croissant pour le secteur agricole. De plus, d‘autres obstacles limitent également l’installation, comme l’accès aux crédits bancaires, le manque d’infrastructures, ou la faible considération pour la profession agricole.

Isabelle Lartigot