En 2019, le groupe laitier Lactalis a enregistré un fort recul de son bénéfice net, de l’ordre de 25 % sur un an. Il s’élève désormais à 318 millions d’euros. Un repli qui s’explique notamment par « des provisions d’actifs sur de récentes acquisitions », justifie Emmanuel Besnier, président du groupe, lors d’une conférence de presse le 4 juin 2020.

Neuf acquisitions

Lactalis a fait l’acquisition de neuf sociétés l’an passé. « Une des plus fortes années du groupe. » En juillet 2019, l’industriel est ainsi devenu leader sur le marché brésilien avec le rachat de la coopérative Itambé. Sont également à noter les rachats du producteur de parmesan Nuova Castelli en Italie et de la filiale américaine yaourt du producteur allemand Ehrmann Commonwealth Dairy.

En conséquence, le niveau d’endettement de l’industriel a bondi de 51 % en 2019, pour atteindre 5,8 milliards d’euros.

Les 20 milliards d’euros de chiffre d’affaires réalisés en 2019 confirment Lactalis comme numéro un mondial du lait. Néanmoins, Emmanuel Besnier se dit « inquiet » quant à « l’évolution du pouvoir d’achat des consommateurs » suite à la crise du Covid-19.

A.C. avec l’AFP