La punaise diabolique fait des ravages sur les arbres fruitiers (pêchers, cerisiers, pruniers, oliviers, noisetiers). 80 millions d’euros ont été budgétés pour indemniser ces dégâts. Les espoirs se portent sur la lutte biologique, avec l’autorisation d’introduire des espèces comme la guêpe samouraï, Trissolcus japonicus, qui féconde ses œufs dans ceux de la punaise. Les premiers lâchers ont eu lieu...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
100%

Vous avez parcouru 100% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !