La découverte d’un foyer de FCO de sérotype 4 dans l’Ain, à Saint-Martin-du-Frêne, a entraîné la mise en place d’un second périmètre interdit. En Haute-Savoie, vingt foyers étaient recensés au 1er décembre. Parmi les 15 bovins diagnostiqués positifs dans le second foyer, à Lully, 10 ont séjourné en Corse. « Une enquête épidémiologique a été lancée pour tester tous les bovins de France continentale originaires de l’île, détaille Isabelle Tourette, vétérinaire conseil pour GDS France. À ce jour, de tels animaux ont été localisés dans l’Aveyron, le Gard, l’Isère et la Haute-Savoie. »

Comment le sérotype 4 est-il arrivé en Haute-Savoie ? « La brigade nationale d’enquêtes vétérinaires est sur le coup », précise Isabelle Tourette. Les soupçons se portent sur un négociant. Ce dernier a « visiblement tous ses papiers en règle pour les bovins corses importés », poursuit-elle. La FDSEA des Savoie a porté plainte contre X.

Enrayer la maladie

Au 30 novembre, 23 000 animaux ont été vaccinés en Haute-Savoie, sur un total de 113 200 bovins, 20 500 ovins et 8 000 caprins sur l’ensemble du département. « La maladie se propage vite, l’objectif est de l’enrayer par la vaccination avant le printemps, lorsque les moucherons réapparaissent », souligne la préfecture.

Valérie Scarlakens