L’accord amiable proposé fin juin par Bayer, pour solder plus de cent mille litiges concernant le Round Up aux États-Unis, devra être rediscuté. Alors que le géant de l’agrochimie était prêt à débourser entre dix et onze milliards de dollars, un juge américain a émis de fortes réserves, obligeant Bayer à faire marche arrière sur une partie de l’accord censé régler de potentiels dossiers futurs. Il a donné trente jours à toutes les parties impliquées pour rediscuter ces points.