Outre-Atlantique, l’agriculture est, bien sûr, touchée par l’épidémie de coronavirus. Le choc tient d’abord à la baisse de la demande. L’effondrement de l’activité économique et l’explosion du nombre de chômeurs entraînent une forte réduction des dépenses des ménages. Si les achats de nourriture ont fortement augmenté, dans un premier temps, par crainte de pénurie, la...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !