« Quand le marché du lait ne va pas en Europe, les prix mondiaux sont à la baisse, et ce lait se retrouve chez nous et moins cher. » Le témoignage d’Ibrahim Diallo, président de l’UMPL (Union nationale des mini-laiteries et producteurs du lait local du Burkina Faso), illustre les difficultés rencontrées par les producteurs africains face à la poudre de lait européenne, qui est importée massivement en...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !