Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Bulgarie Du lait bio à 0,46 €/l

réservé aux abonnés

 - -->
Après s’être converti à la bio en 2002, Ivan Danchevi est passé de trois à cent trente-deux vaches en quinze ans. © Photos : b.lafeuille

Dopée aux subventions, l’agriculture biologique a pris récemment son envol, jusqu’à vider les enveloppes d’aides.

En 2002, avec trois vaches, Ivan Danchevi fut le premier éleveur laitier bulgare à entamer une conversion vers l’agriculture biologique. À l’époque où la Bulgarie n’était pas encore européenne et ne disposait d’aucun organisme certificateur national, c’est avec un organisme suisse qu’il s’était embarqué dans l’aventure. « J’ai réalisé que ma façon de faire était déjà très proche de la bio, et on m’a expliqué qu’en bio je pourrais vendre plus de lait et plus cher. C’était une opportunité à saisir », résume Ivan. Seize ans plus tard, les chiffres qu’il annonce semblent lui donner raison : un prix du lait conventionnel fluctuant autour de 0,25 €/l, tandis que le prix du lait bio, fixé à l’époque à 0,46 €/l, est resté stable.

Son élevage s’est bien développé. Il compte aujourd’hui 132 laitières et leur suite, de races holstein, montbéliarde et brune des Alpes. Les 120 hectares d’herbe et de cultures fourragères suffisent, en année « normale », à couvrir les besoins du troupeau. Lequel pâture autant que les conditions météo le permettent, sachant qu’à 630 mètres d’altitude, l’hiver est souvent froid. Avec une production annuelle de 740 tonnes, « l’élevage fournit la majorité du lait bio du pays », sourit Ivan. Il faut dire qu’ils ne sont que trois sur le créneau : lui-même, un autre éleveur et un institut de recherche.

Aides à l’animal

La Bulgarie a bien pris le virage de la bio et compte aujourd’hui dix-sept organismes certificateurs nationaux. Mais les productions animales sont à la traîne. Sur les 7 000 producteurs recensés par les autorités, une trentaine seulement détiennent des animaux. Pour motiver les éleveurs, une aide bio couplée à l’animal (environ 70 € par UGB) a été mise en place dans la programmation Pac 2014-2020, en plus de l’aide aux surfaces fourragères, accordée depuis 2008. Mais seuls les premiers, comme Ivan, ont été servis : la bio a été victime de son succès. À quelques dizaines de kilomètres de sa ferme, des producteurs de rose biologique ont fait les frais de ce dérapage budgétaire. Ils n’ont pas pu souscrire de contrat pour une aide au maintien. « Les enveloppes d’aides ont été consommées en deux ans ! Depuis, aucun nouvel engagement n’est accepté », précise l’éleveur.

Avec l’explosion récente des conversions, l’offre en produits bio croît plus vite que la demande intérieure. L’histoire dira si l’essor de l’agriculture bio bulgare, encore toute jeune, survivra à l’arrêt des subventions.

Bérengère Lafeuille, à Dobrodan
Décollage imminent

Les chiffres à la fin 2016 montrent un engouement récent :

6 961 producteurs bio

162 352 hectares en bio (3,2 % de la SAU) dont 77 % en conversion

au vingtième rang européen pour la SAU bio, mais un record de croissance avec son quadruplement en quatre ans

53 645 hectares de prairies, pâturages et fourrages bio, dont 85 % en conversion

9 700 bovins bio ou en conversion (1,7 % du cheptel), soit un doublement en un an

967 150 tonnes de lait de vache bio commercialisées en 2016.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !