Le président du Conseil européen Donald Tusk a assuré que le reste de l’UE était « toujours ouvert » à un changement d’avis de Londres sur le Brexit, alors que l’idée d’un deuxième référendum a refait surface ces derniers jours. « Le Brexit deviendra une réalité avec toutes ses conséquences négatives en mars  2019, sauf s’il y a un changement d’avis de la part de nos amis britanniques. »