Près de 40 distributeurs, entreprises et fédérations essentiellement européennes menacent le Brésil de boycotter ses produits agricoles s’il ne retire pas un projet de réforme agraire qui risque d’accélérer, selon eux, la déforestation de l’Amazonie. Des chaînes de supermarchés comme Aldi ou Marks & Spencer s’inquiètent d’un projet de loi qui prévoit la privatisation de terres et « menace comme jamais l’Amazonie ».