C’est un « précédent significatif dans la politique commerciale de l’Union européenne (UE) », se réjouit Eurogroup for Animals. Le 15 juillet, la Commission européenne a publié la liste des engagements convenus dans le cadre de l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay, Uruguay). Pour bénéficier de l’accès en franchise de droits au marché­ communautaire, les producteurs d’œufs du Mercosur devront certifier qu’ils respectent des règles équivalentes à celles du Vieux Continent en matière de bien-être des poules pondeuses.

Cette première avancée, globalement saluée, « ne suffit pas à sauver l’accord UE-Mercosur en l’état », analyse Eurogroup for Animals, estimant que Bruxelles n’imposera pas de mesures similaires à d’autres produits animaux, d’après les calendriers publiés. « C’est trop restreint. Les mesures miroirs doivent aussi concerner les problématiques de bien-être des autres espèces animales, les facteurs de croissance et antibiotiques, les protéines animales utilisées dans l’alimentation… », ajoute un des membres du Conseil­ général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER). Lucie Pouchard