La faillite du courtier berlinois BMG a cueilli à froid, début mars, des centaines d’éleveurs laitiers. L’entreprise centenaire achetait environ 3 % de la production nationale. En plus de la perte du produit de la vente des livraisons de février, les exploitants se sont retrouvés au pied du mur pour placer ailleurs, dans l’urgence, leur production.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
30%

Vous avez parcouru 30% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !