«En tant que frère, vous ne pouvez pas agir au titre de la part qui aurait été transmise par votre père. Vous n’avez aucun droit à ce jour », explique Charles Alexandre Langlois, notaire à Vicq-sur-Nahon. I l est évident que la recherche d’une solution du vivant de votre père est à privilégier. Mais encore faut-il qu’il le veuille.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
58%

Vous avez parcouru 58% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !