En cas de vente des biens loués, le fermier a un droit de préemption, c’est-à-dire un droit d’achat prioritaire sur les biens loués. Il peut préempter en vue d’exploiter lui-même le fonds, le faire exploiter par un descendant ou encore subroger son descendant dans l’exercice du droit de préemption. Dans ce dernier cas, l’acquisition est faite directement par le descendant en son nom propre. Mais attention ! Le descendant...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
39%

Vous avez parcouru 39% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !