Le retournement des prairies peut être soumis à une autorisation individuelle préalable pendant une année, lorsque la part de prairies permanentes dans une région passe sous le seuil de 2,5 %, et ne pas l’être l’année suivante. Le ministre de l’Agriculture a précisé qu’il s’agissait d’une mesure de simplification administrative destinée à ne pas surcharger les agriculteurs. Si la gestion durable des prairies n’est pas assurée, le rétablissement de l’autorisation individuelle peut être assorti d’obligations de reconversion.

(JO du Sénat du 13 février 2019).