«Dans un premier temps, il serait peut-être opportun de chercher à obtenir le nom des héritiers, propriétaires de la parcelle, et de tenter une approche amiable afin d’essayer d’obtenir la conclusion d’un bail rural, ce qui permettra de bénéficier, en tant que preneur, d’un droit de préemption en cas de vente ultérieure du bien », indique François Moulière, avocat associé chez Avoxa...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
21%

Vous avez parcouru 21% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !