L e legs ne met pas un terme au bail rural , q ui se poursuit avec le nouveau propriétaire. Le seul risque se situe en fin de bail, si le nouveau propriétaire est agriculteur lui-même et souhaite cultiver les terres. Dans votre cas, cela semble peu probable. Concernant la maison, en tant que fermier en place, vous bénéficiez en principe d’un droit de préemption en cas de vente, c’est-à-dire d’un droit prioritaire pour acheter. Bien...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
56%

Vous avez parcouru 56% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !