Oui, le fermier doit donner son accord à tout transfert de DPB, et il peut tout à fait ne pas le donner. Il a également le choix de céder ses DPB à tout agriculteur actif. Le ministère de l’Agriculture précise cependant que, dans ce cas, en fonction du type de transfert, et s’il ne s’agit pas d’un transfert avec terre ou « assimilé » avec terre, la valeur des DPB ainsi transférée sera définitivement réduite. Vous pouvez consulter les notices explicatives sur le site internet Telepac. Le fermier peut également, s’il le désire, renoncer à ses DPB, ou les conserver deux ans sans les activer, auquel cas ces DPB remonteront en réserve.