En général, dans ce cas de figure, un accord écrit des tiers autorisant la dérogation permet à l’éleveur d’obtenir l’autorisation d’exploiter. Mais encore faut-il obtenir le consentement de tous les voisins concernés par la distance d’implantation. Le problème se situe plutôt pour l’avenir, si l’exploitation a besoin d’évoluer. L’accord écrit des tiers, qui serait pris...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
54%

Vous avez parcouru 54% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !